Le père de la semelle rouge perd ses droits de garde

Le père de la semelle rouge perd ses droits de garde

LISA SORCE
LISA SORCE

La critique est mon mode d'expression

La semelle rouge c’est Louboutin, Louboutin c’est la semelle rouge. « Jusqu’à présent l’un et l’autre ne faisaient qu’un. Louboutin tirait son identité de sa semelle rouge et la semelle rouge tirait son identité de … C’est justement là que ça se complique

Un énième rapport de force oppose le chausseur français et un confrère, hollandais cette fois. Louboutin attaque, la société Van Haren entendant probablement tirer profit du coup de génie de la marque Louboutin: ce rouge pin-up foulant le sol des adeptes du club « loubi » reconnaissable entre mille.  Identité qui, au passage, a déjà été copiée de façon artisanale par toutes les bimbos bricoleuses n’ayant malheureusement pas tout un salaire à se mettre sous le pied.

Le couperet de la justice tombe, le rouge tapin n’est plus l’apanage de la marque Louboutin. Si cette semelle indiquait à tout votre entourage, la somme que vous étiez prêt(e)s à mettre dans vos souliers, elle n’est plus depuis quelques jours un gage d’authenticité. Une marque ne peut s’approprier une couleur et une forme en Union Européenne. La société hollandaise en question, Van Haren, remporte ainsi le droit d’appliquer n’importe quelle couleur sous les chaussures qu’il commercialise. Et on devine que ce ne sera pas le bleu.

Cette mesure sèmera-t-elle le trouble dans ce havre de paix et de volupté? Le suspens reste entier. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

STREET STYLE

Abonnez-vous